News

Des quartiers d’affaires aux bidonvilles : l’engagement comme ligne directrice

24 novembre 2023 International, Portraits
Vue 195 fois

À l’Icam, Romain Mailliu (119 Grand Paris-sud) effectue son stage de fin d’études comme ingénieur conseil dans le secteur bancaire : une carrière prometteuse s’ouvre à lui. Mais au moment de rédiger sa lettre de remise de diplôme, sa quête de sens le pousse à questionner cette voie…

 

En écrivant cette lettre, explique Romain, « je me suis rendu compte que j’avais envie de travailler avec de jeunes adultes qui n’ont pas eu ma chance. Découvrir qu’un milliard de personnes vivent dans des bidonvilles a été une révélation. » Le jeune homme s’engage alors en volontariat de solidarité internationale avec la Délégation catholique pour la coopération (DCC), où il va travailler avec l'ONG Life Project 4 Youth (LP4Y). Une association qui aide les jeunes des bidonvilles de 17 à 24 ans à trouver un travail décent.

Ouvrir les yeux sur la pauvreté

Les volontaires vivent dans les quartiers pauvres et aident de jeunes adultes à mettre sur pied des activités économiques à l’impact positif sur leur communauté : « Pendant plus d’un an à Jakarta, nous avons développé avec les jeunes une entreprise de production d'eau potable de bonne qualité à bas coût. Ils construisent ainsi une expérience facilitant leur insertion professionnelle. Cette mission m'a permis de rencontrer des jeunes exceptionnels qui incarnent - sans le savoir - tout un programme contemporain : résilience, détermination, agilité, engagement, courage… »

De retour à Paris – en pleine pandémie –, Romain décide de rejoindre un cabinet de conseil en stratégie spécialisé dans le changement d’échelles d'innovations sociales et environnementales. Une année très formatrice qu’il enchaîne avec une seconde à Londres, pour initier la stratégie environnementale d'une entreprise internationale de construction.

Un film pour bousculer les idées reçues

« Ces deux années m’ont fait faire le grand écart entre le bidonville et le petit monde du conseil à Paris et Londres : j’ai pris conscience des idées reçues sur la pauvreté, j’ai cherché comment les changer… et l’idée du cinéma m’est venue. » Life Project 4 Youth l’aide alors à recruter une équipe de tournage, et Romain part au Liban en février 2023.

Le film présentera la vie de jeunes adultes en situation de grande pauvreté. Au Liban, l'amitié qui unit une jeune libanaise et une jeune syrienne, en Indonésie, Diane, passionnée de dessin et graphiste dans une agence de marketing bien qu’habitant toujours son bidonville, en Inde, Laxmi qui rêve de devenir danseuse malgré la réprobation de ses proches, ou encore Mamadou, réfugié guinéen à Paris qui s’investit pour les droits de l’Homme.

Œuvrer à la fois pour l’humain et la planète

Les initiatives de Romain suivent une ligne directrice : « œuvrer à la fois pour la justice sociale et contre le réchauffement climatique, que l’on soit dans une ONG sur le terrain, au niveau des entreprises ou via le cinéma – art propice pour éveiller les consciences – comme je le fais désormais. » Romain espère en effet toucher la plus large audience possible : « faire réfléchir notre société de consommation, contribuer au développement durable et lutter contre les inégalités, c’est ce qui m’anime à 200 % » rappelle-t-il. Gageons que son film Youth Visions, au cinéma fin 2024, saura insuffler à ses spectateurs sa soif de justice sociale.




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.